Une infographie SEO pour comprendre le référencement naturel d'un site web

Les entreprises qui possèdent un site web se posent de nombreuses questions à propos de leur référencement naturel. Elles se demandent notamment ce qu’elles doivent faire pour être mieux positionnées sur Google.

Après plusieurs années d’audit SEO pour nos clients, nous avons constaté que les bonnes pratiques sont souvent méconnues des entreprises ou mal appliquées.

Dans cet article, nous vous offrons la liste des principales améliorations que nous opérons régulièrement pour optimiser le référencement des sites Internet de nos clients. En travaillant sur ces pistes, vous ferez progresser à coup sûr votre positionnement.

1 – Réfléchir aux mots clés et … les intégrer dans son site !

Un site qui propose peu ou pas de termes stratégiques dès la page d’accueil est un site qui a de faibles chances d’être bien classé par Google.

Tout doit commencer par une réflexion sémantique. Prenez soin d’identifier les meilleures expressions liées à votre marché : celles tapées par vos prospects lorsqu’ils sont en phase de recherche, les tendances, les volumes, les synonymes, les univers connexes… Il est important de classer ces mots clés en fonction de vos objectifs et de la concurrence.

Vous devez ensuite (re)travailler le contenu de la page d’accueil mais aussi les menus, les url, les textes et les balises de votre site avec ces mots clés. Pour votre rédaction, tenez compte d’une évolution majeure : l’augmentation des recherches réalisées à l’oral via un smartphone.

Dans ce cas, l’internaute adapte la forme de ses requêtes (il utilise plus de mots). A vous de travailler vos titres de pages en conséquence. Mais, l’évolution ne s’arrêtera pas là, prenons le pari que prochainement les résultats seront prononcés oralement par un assistant qui offrira des réponses audio. Vos textes devrons là aussi s’adapter à cette évolution.

2 – Utiliser les balises de manière optimale

Voici quelques erreurs que nous identifions fréquemment : le copier/coller des balises Meta Description et Titre sur toutes les pages du site (ou remplies uniquement sur la page d’accueil), l’absence de texte dans les balises ALT (pour les photos), balises H1 et H2 non exploitées…

Il est pourtant essentiel de bien utiliser ces balises car non seulement elles facilitent l’indexation du site, mais en plus, elles peuvent avoir une incidence sur le taux de clic. Rappelons par exemple que le texte contenu dans la balise Meta Description apparaît dans la page des résultats. Plus il sera attractif et pertinent, plus il donnera envie de visiter votre site.

Dans l’exemple ci-dessous, toutes les informations utiles à l’internaute (le métier, la localisation et le message clé) sont bien présentes dans la balise Meta Description et apparaissent dans les résultats.

Enfin, concernant l’indexation des photos, en plus de compléter la balise ALT, nous conseillons de bien nommer vos photos. En effet, un nom de fichier image de type « soin-bien-etre-dax.jpg » sera mieux référencé dans Google Images que «dcimg005.jpg ».

Pour conclure, vérifiez que 100% des pages de votre site ont une bonne balise title et une bonne balise meta description et que chaque image soit bien nommée.

3 – Optimiser la navigation mobile

Depuis le mois d’avril 2015, Google détecte les sites dont la navigation sur tablettes et smartphones est optimale.

Aujourd’hui, les sites « Mobile Friendly » sont prioritaires dans les pages de résultats. Pensez donc au responsive design pour la création de votre futur site web ou votre projet de refonte.

Deux outils peuvent vous être utiles pour faire l’état des lieux de votre site :

Google propose depuis quelques temps de vérifier si votre site est mobile friendly

Responsinator vous permet de simuler votre site sur différents appareils mobiles

Si la version mobile de votre site Internet affiche une publicité en plein écran ou une Pop-up géante, Google risque de vous pénaliser. Le moteur de recherche recommande maintenant d’utiliser des bannières plus discrètes, comme celle à droite de l’image ci-dessous.

Pub-ecran-web

Pour clôturer le chapitre mobile friendly, nous vous conseillons de vous intéresser à l’AMP (Accelerated Mobile Page). Depuis 2016, Google propose cette technologie qui simplifie le code de vos pages web sur mobile afin d’en améliorer le temps de chargement.
Particulièrement adaptée pour les blogs, AMP peut vite devenir indispensable afin d’optimiser la consultation de votre site sur les smartphones et votre positionnement sur les moteurs de recherche.

Dans la capture d’écran ci-dessous, une recherche est effectuée sur mobile et Google indique que l’article est consultable en version AMP avec une icône.

google amp recherche inaativ

4 – Améliorer la qualité de ses textes

Des textes de mauvaise qualité vont souvent générer un taux de rebond élevé ; un indicateur dont tient compte aujourd’hui Google.

En clair, vous ne devez pas décevoir les internautes que Google vous envoie au risque d’être pénalisé. Chaque « promesse » annoncée dans les résultats Google doit pointer vers des contenus à la hauteur des attentes de l’internaute.

L’aspect éditorial a toute son importance et la rédaction web devient un réel enjeu.

Optez donc pour des textes orientés utilisateurs et faciles à lire (titres, paragraphes, sous-titres…), des sujets pertinents, des informations bien hiérarchisées, une publication fréquente, des contenus enrichis par des médias (photo, vidéo, podcast, infographie, …) et un maillage interne cohérent. Autant d’éléments qui auront un impact favorable sur le comportement des internautes (temps passé sur le site, engagement, partages sur les réseaux sociaux…) et donc, à terme, sur votre référencement.

Enfin, évitez au maximum les contenus dupliqués.

5 – Booster la vitesse de chargement des pages pour améliorer la réactivité de son site

La réactivité des sites web est un critère important pour Google. En effet, depuis 2010, Google a choisi de pénaliser les sites trop lents au chargement. Cette règle s’applique aussi aux sites mobiles (ou responsive).

Des photos trop lourdes et mal optimisées pour le web, l’accumulation de Plug-in WordPress inutiles, la surcharge de bibliothèque JS et feuilles de style CSS, la faible performance de l’hébergement etc… sont autant d’éléments qui peuvent ralentir votre site et le pénaliser dans les moteurs de recherche.

Des outils en ligne comme Dareboost ou WebpageTest vous permettront de tester de manière efficace la réactivité de vos pages et d’identifier les éléments à optimiser pour une meilleure réponse côté serveur.

Google propose aussi un outil très efficace afin d’optimiser tous les éléments néfastes à la bonne réactivité du site.

Si vous utilisez WordPress, des extensions performantes comme WP Rocket vous permettront d’améliorer considérablement la vitesse de chargement du site.

6 – Éviter les bugs et les pages d’erreurs

Liens cassés, erreurs 404, problèmes de chargement des pages en raison de conflits dans le code source… pensez à surveiller votre site et à corriger les bugs tout au long de sa vie avec Google Search Console. Si vous planifiez la refonte de votre site, pensez à la redirection permanente afin de ne pas perdre l’indexation des pages de votre ancien site.

7 – Sécurisez votre site

Si vous utilisez une plateforme CMS de type WordPress pour la réalisation et la gestion de votre site, veuillez à être très vigilant à la sécurisation de celui-ci. En effet, il est primordial d’effectuer des mises à jour fréquentes de la plateforme et de ses extensions pour lutter contre les activités de piratage ou les injections de codes malveillants. Un site spammé ou piraté par négligence pourra se retrouver blacklisté par les Google Bots et donc banni des résultats de recherche.

Enfin, installez un certificat SSL sur votre site et passez du HTTP au HTTPS.

MIGRATION DE SITE WORDPRESS VERS HTTPS

8 – Penser local

Les recherches locales sont nombreuses sur Internet. Afin d’être plus visible localement, deux techniques sont à combiner :

A/ Ouvrir un compte sur Google MyBusiness afin d’y intégrer toutes vos informations de géolocalisation, vos horaires, vos coordonnées… comme dans l’exemple ci-dessous. Vous pouvez même y intégrer une visite virtuelle.

Referencement local Mary Viloteau
Vous pouvez aussi renouveler cette opération sur d’autres plateformes si elles vous semblent pertinentes pour votre activité (TripAdvisor, Yelp…) et même sur une page Facebook.

B/ Mais penser local, c’est aussi aider Google à comprendre et analyser votre site en fonction de votre position géographique. L’utilisation des micro-données (ou microdatas) est alors essentielle. Ces balises intégrées au code source des pages de votre site fournissent aux robots de Google des informations structurées à propos de votre localisation.

Le site Schema.org fournit toutes les propriétés nécessaires à l’utilisation des balises de micro-données. Il y a aussi plus simple avec des outils en ligne comme Schema-creator qui vous aideront à générer des microdatas facilement.

9 – Augmenter les backlinks de qualité

Google identifie et analyse les liens qui pointent vers votre site. Grâce à son algorithme Google Penguin, il est à présent capable de reconnaitre les liens de qualité et donc, de pénaliser l’abus de liens de mauvaise qualité.

Orientez-vous vers la recherche de partenariats qualitatifs (interview, article invité, coup de cœur…) plutôt que vers l’échange de liens systématiques et sans contrôle. Et si vous inscrivez votre site sur des annuaires, veillez à respecter scrupuleusement les bonnes pratiques.

Mais plus largement, c’est une réflexion globale que vous devez mener afin de diversifier vos actions de linking : follow, nofollow, texte, image, ancres optimisées et non optimisées, ancres profondes… Diversifiez les approches afin que l’ensemble paraisse le plus naturel possible. Visez des liens de qualité plutôt que la quantité !

Enfin, n’oubliez-pas que c’est en proposant des contenus de qualité (articles conseils, infographies pédagogiques, vidéos de démonstration…) que vous avez le plus de chance d’obtenir des liens naturels !

10 – Gagner en visibilité sur les réseaux sociaux

Certes, il est peu probable qu’il y ait une corrélation directe entre votre visibilité sur les réseaux sociaux et le référencement naturel de votre site, cependant, il est certain qu’il existe un effet positif indirect (popularité du site, gain en trafic qualifié…).

Vos contenus (de qualité) sont là aussi très utiles pour cette visibilité, car leurs diffusions vous aideront à animer vos communautés et à générer de nouveaux contacts (grâce aux jeux-concours par exemple).

11 – Créer un fichier sitemap

Google Search Console est l’outil indispensable au suivi d’un site et à son indexation après la mise en ligne.

Celui ci vous permettra par exemple, après vérification, d’aider Google à indexer votre site plus rapidement à l’aide d’un sitemap (un fichier XML) que vous lui fournirez. Cet outil propose aussi des informations détaillées sur les problèmes que peut rencontrer votre site et son analyse par les Google Bots.

Pour aller plus loin

Si vous souhaitez approfondir cette thématique passionnante, vous pouvez nous demander un programme de formation sur ce sujet ou un devis pour un audit SEO.

Ne manquez plus une actualité !

Abonnez-vous dès maintenant à la newsletter trimestrielle d'Inaativ...

  • (obligatoire)