Marre des plaquettes aux discours trop longs ? Ras le bol des dépliants qui se ressemblent tous ? Fatigué des supports de com’ qui se contentent de présenter l’entreprise, son histoire et ses produits ?

Pour éviter que votre plaquette ne soit jamais lue ou qu’elle ne finisse dans un tiroir que votre interlocuteur n’ouvrira plus jamais… il est bon de vous poser les bonnes questions et de casser deux idées reçues :

  • Non, une plaquette n’est pas un support dépassé
  • Oui, il existe de nombreuses façons de créer une plaquette différente des autres

Pour vous en convaincre, nous vous présentons dans cet article 5 approches différentes pour concevoir une plaquette efficace à partir de cas clients concrets. Les solutions de chaque cas ayant été dictées par un questionnement précis : Comment l’entreprise souhaite utiliser son support ? Avec quels objectifs ?

 

Cas n°1 – La plaquette Archireva : ou comment valoriser une méthode de travail plutôt que des prestations ?

L’atelier d’architecture Archireva explique sa méthode de travail en différentes étapes chronologiques. Un choix judicieux pour une entreprise évoluant dans un secteur où le conseil et l’accompagnement sont des vecteurs indispensables à la réussite des projets d’architecture. Le rôle de la plaquette prend tout son sens et répond à un double objectif :

  • Présenter au client une démarche de réflexion pédagogique et rassurante
  • Offrir au client un mémo résumant les différentes étapes du projet (le client peut se retrouver facilement dans la ligne du temps)

 

Cas n°2 – La plaquette CP&A : ou comment matérialiser des prestations conseils ?

CP&A, cabinet d’expert comptable à Bordeaux, a préféré une plaquette présentant ses prestations. La plaquette est centrée sur une offre « produits » qui donne une vue d’ensemble des compétences offertes par l’entreprise. Une sorte d’inventaire général. Sur le plan graphique, Inaativ a proposé un système de pictogrammes qui permet de packager et de matérialiser les prestations tout en apportant une identité graphique unique à la marque. Ces pictogrammes peuvent ainsi être ré-utilisés sur les autres supports de communication de l’entreprise (site web, newsletters…).

 

Cas n°3 – Les plaquettes Fidaquitaine : ou comment adapter le bon support en fonction de son interlocuteur ?

Fidaquitaine est un cabinet d’expertise comptable qui a la particularité de communiquer ses offres sous formes de packs. Chaque pack dispose de sa propre plaquette et de son propre logo (pack FidCréation, pack FidReprise…), complété par des fiches thématiques spécifiques (solution « note de frais », solution « facturation rapide », etc). En fonction de leur interlocuteur, les conseillers de Fidaquitaine pourront personnaliser le support à remettre au prospect/client en insérant la (ou les) plaquette(s) et la (ou les) fiche(s) adéquates dans une chemise 2 volets servant d’écrin à l’ensemble de la documentation.

 

Cas n°4 – La plaquette Rénoporte : ou comment valoriser la vente d’une franchise, d’une concession ou d’une licence ?

Une plaquette n’est pas toujours destinée à des prospects ou à des clients… Elle peut aussi servir à séduire des investisseurs (vente de franchise, de licence ou de concession). Dans le cas de Rénoporte, nous avons ainsi élaboré une plaquette dont l’objectif consiste à valoriser la marque auprès d’acheteurs potentiels d’une licence. Dans ce contexte, il convient à la fois de présenter les atouts de l’entreprise (son concept, ses avantages concurrentiels, la force de son offre commerciale…) et de mettre en évidence les chiffres économiques clés qui convaincront le destinataire du support. Si le fond est capital, la forme revêt une importance particulière pour ce type de document : la qualité des photos, la clarté de la mise en page, le choix des mots et le type de papier sont des critères déterminants pour sublimer la marque et rassurer l’acheteur.

 

Cas n°5 – La plaquette Cheval Partenaire : ou comment optimiser la mise à jour fréquente d’un support de com’ ?

Pour commercialiser les espaces publicitaires de son magazine papier et de son site web, Cheval Partenaire, média dédié aux passionnés du monde équestre, a choisi de s’équiper d’une plaquette au format digital. Le choix d’une plaquette dématérialisée installée sur le site internet s’est imposé, dans la mesure où Cheval Partenaire fait régulièrement évoluer la structure et le tarif de ses offres publicitaires. Les mises à jour sont ainsi instantanées et évitent des coûts d’impression récurrents.

Ainsi, l’élaboration d’une plaquette varie selon vos objectifs marketing initiaux, mais doit tout de même respecter trois étapes indispensables : une phase d’analyse et de questionnement approfondie, la rédaction de messages clairs et pertinents ainsi que la création d’un design graphique attrayant.